Le jury central : démêler le vrai du faux

Les jurys centraux sont des examens organisés par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces examens offrent la possibilité d’obtenir des diplômes (CE1D, CE2D, CESS…) reconnus par l’état belge.

Ces jurys peuvent constituer une alternative au parcours scolaire classique : ce système permet aux personnes ayant interrompu leurs études secondaires (pour une raison ou une autre) d’obtenir des diplômes afin de continuer des études supérieures ou de faciliter leur recherche d’emploi.

Le fonctionnement du jury est parfois difficile à comprendre, il y a souvent des confusions sur ce qu’il est possible d’obtenir comme diplôme, de quelle manière, avec quels délais… Nous allons donc démêler le vrai du faux dans cet article. Voici quelques idées reçues à déconstruire sur le jury !

Vrai ou faux…

– Le jury sert uniquement à obtenir le CESS

C’est faux ! Les diplômes qu’il est possible d’obtenir en passant un jury sont :

  • Le CE1D (diplôme d’enseignement secondaire du 1er degré – 1ère et 2ème années)
  • Le CE2D (diplôme d’enseignement secondaire du 2ème degré – 3ème et 4ème années)
  • Le CESS (Certificat d’enseignement secondaire supérieur pour l’enseignement secondaire général, technique de transition, technique de qualification, artistique de transition, artistique de qualification et professionnel)

Notons qu’il est également possible de passer des examens pour avoir spécifiquement accès à des études : 

  • Le CE6P (Certificat d’études de 6ème année de l’enseignement secondaire professionnel), qui permet d’accéder à une 7ème Professionnelle (avec CESS à la clé de cette 7ème) ou d’obtenir un CESS à l’issue de la 1ère année du brevet d’infirmier.ère hospitalier.ère.
  • Le DAES (Diplôme d’Aptitude à accéder à l’Enseignement supérieur).
  • Les jurys paramédicaux, qui donnent accès aux études d’infirmier (bachelier en soins infirmiers ou 4ème degré professionnel complémentaire d’infirmier.ère hospitalier.ère), ainsi qu’au bachelier de sage-femme. 

– N’importe qui peut s’inscrire à n’importe quel jury

C’est faux ! Les conditions d’admission de chaque jury peuvent différer :

Le jury CE1D est accessible :

  • Aux personnes ayant fréquenté la 1ère et la 2ème année de l’enseignement de plein exercice sans obtenir le diplôme
  • OU aux personnes âgées de 12 ans ayant obtenu le CEB (Certificat d’études de base)
  • OU aux personnes âgées d’au moins 13 ans au moment de l’inscription

Le jury CE2D est accessible :

  • A toute personne âgée d’au moins 14 ans au moment de son inscription
  • OU à toute personne âgée de 13 ans ayant fréquenté deux années du premier degré

Le jury CESS est accessible :

  • À toute personne âgée d’au moins 16 ans au moment de son inscription
  • OU À toute personne possédant le CE2D (diplôme de fin de 4ème secondaire).

Le DAES est accessible :

  • À toute personne ayant obtenu un diplôme à l’étranger et dont la décision d’équivalence limite totalement ou partiellement les possibilités d’accès à l’enseignement supérieur

– On peut s’inscrire au jury à n’importe quel moment de l’année

C’est faux ! Chaque jury fait un appel aux candidats plusieurs fois par années. Pour prendre connaissance des différentes dates et délais, il faut se rendre sur le site de la Fédération Wallonie –Bruxelles.

Dans le cas du CE2D, CESS, les sessions d’examens sont généralement organisées en deux cycles pour chaque année scolaire : un cycle d’août à janvier, et un autre de février à juillet.  Pour le DAES, il y a également deux cycles (août-septembre et octobre-novembre). Pour le CE1D, il n’y a qu’un seul cycle (de février à juillet). Les candidats sont susceptibles d’être interrogés pendant l’ensemble d’un cycle. En conséquence, les candidats doivent se tenir disponibles pour l’entièreté de cette période.

Toutes les inscriptions sont conditionnées :

  • À la participation à une séance d’information relative au diplôme que le candidat souhaite obtenir. Les infos concernant les séances d’information obligatoires se trouvent sur cette page : Séance d’information obligatoire
  • Au paiement des frais d’inscription de 50€ (ces droits d’inscription valent pour un cycle comprenant une session d’examen).

– En fonction du jury auquel l’on s’inscrit, la matière à étudier sera différente

C’est vrai ! Dans le cas du jury CESS général, il faudra réussir :

  • Cinq matières obligatoires : français, mathématiques, sciences,  langue  moderne  I  (néerlandais, allemand, anglais), formation historique et géographique
  • Une matière au choix : sciences économiques, sciences sociales, langue moderne II (néerlandais, allemand, anglais), latin.

Dans le cas du jury CESS techniques et artistique de transition / de qualification, il faudra réussir :

  • 5 matières obligatoires : français, mathématiques,  sciences,  langue  moderne  I  (néerlandais, allemand, anglais), formation historique et géographique
  • Plus les cours théoriques et pratiques de l’option de base groupée (la liste des options possibles se trouve sur le site du jury).

Dans le cas du jury CESS professionnel, il faudra réussir :

  • 3 matières obligatoires : français, formation sociale et économique, formation scientifique
  • Un cours de mathématiques et de langues modernes, s’ils font partie de l’option choisie
  • Plus les cours théoriques et pratiques de l’option de base groupée choisie.

Toutes les options qui existent en secondaire ne sont pas représentées au jury ! Au début de chaque cycle, la Fédération Wallonie-Bruxelles publie sur son site une liste d’options possibles (généralement en lien avec les métiers en pénurie de la Fédération Wallonie-Bruxelles).

– Si je passe le jury professionnel, je pourrais obtenir un CESS et un certificat de qualification

C’est faux ! Il n’est pas possible d’obtenir un certificat de qualification en passant le jury central, même si l’on s’inscrit au jury professionnel (ni au jury techniques de qualification). La seule chose qu’on obtient après un jury professionnel, c’est le CESS. 

Dès lors, même en s’inscrivant et en réussissant le jury central en option boulangerie (par exemple), l’on n’obtient pas de certificat de qualification pour devenir boulanger par la suite ! Il ne s’agit donc pas de se qualifier pour exercer un métier (encore moins un métier réglementé!).

Pour les personnes qui ont besoin d’obtenir leur CESS pour d’autres raisons que l’accès aux études supérieures, et qui ont des difficultés à assimiler la matière théorique, le jury professionnel est néanmoins une possibilité intéressante, car les exigences théoriques sont en effet moins importantes (d’abord car il y a moins de matières).

Cependant, cela demande un peu plus d’organisation concernant les cours à option : il sera indispensable de trouver une école qui organise l’option professionnelle choisie et qui accepte de partager son programme. Il faut également être capable d’assimiler la matière liée à un métier… tout en trouvant une manière de s’exercer pour réussir les cours pratiques (par exemple en demandant à un professionnel de réaliser un stage, en s’arrangeant avec une école pour intégrer les cours pratiques en élève libre).

Logistiquement parlant, il n’est pas toujours simple de se préparer aux épreuves liées à l’option professionnelle (raison pour laquelle un bon nombre de candidats au jury professionnel intègrent des écoles privées de jury, qui sont malheureusement peu accessibles financièrement).

– Le jury central prépare aux études supérieures

 

 

 

Vrai et faux.

Dans tous les cas : peu importe la filière choisie, le CESS sera identique. Tous les CESS (qu’ils soient obtenus en générales ou en professionnelles) donnent accès aux études supérieures.

Cependant, en fonction de la filière choisie, tout le monde ne démarrera pas les études supérieures avec les mêmes bases ! Dans le cas du jury CESS général, TT (techniques de transition) ou TQ (techniques de qualification), on peut considérer qu’on est assez bien préparé aux études supérieures (grâce à l’acquisition de beaucoup de connaissances théoriques).

Dans le cas du CESS professionnel : il faut être conscient.e qu’il y a peu de cours généraux à étudier et que les exigences sont moins hautes ; dès lors, il faudra probablement se remettre à niveau dans certaines matières avant de commencer des études supérieures.

Si le niveau des études supérieures t’inquiète, tu peux consulter cet article : Quelles formations pour mieux se préparer aux études supérieures ?

– Il est possible de se préparer au jury en prenant des cours en promotion sociale

C’est faux ! Il n’existe pas de cours officiels et reconnus par l’état pour se préparer au jury central. La Fédération Wallonie-Bruxelles organise uniquement les examens.

Les écoles de promotion sociale (qui sont subventionnées par la Fédération Wallonie-Bruxelles) organisent en effet des cours pour obtenir le CESS ou le CE2D. Ces cours remplacent le jury central et sont réservés à un public adulte, âgé de minimum 18 ans (ou de 16 ans si l’élève suit les cours en soirée tout en fréquentant l’enseignement secondaire de même exercice avec assiduité pendant la journée). Il existe la formation « CESS Humanités générales », ou la formation « Complément CESS ». L’avantage est qu’il s’agit de formations très accessibles financièrement parlant (le coût est de quelques centimes par heure de cours). Cependant, ces formations n’ont rien à voir avec le jury ! Il s’agit de cours et d’examens organisés exclusivement au sein des écoles de promotion sociale. Le programme et le planning ne se calquent pas sur les examens du jury central.

Cet article explique comment obtenir le CESS en promotion sociale : « Le CESS, comment l’obtenir ? ».

Notons cependant qu’il existe des projets pilotes en promotion sociale pour permettre aux jeunes de moins de 18 ans en décrochage scolaire de se préparer au CESS. Cependant, ces projets en sont pour l’instant toujours à l’étape « test » (et donc pas vraiment accessibles au grand public).

Pour se préparer au jury, il faudra donc compter sur d’autres supports, par exemple :

  • Se préparer en autodidacte (en trouvant soi-même la matière et en étudiant seul.e; il est possible de se procurer la matière en faisant une demande auprès d’une école qui organise l’option).
  • En étudiant sur la plateforme d’e-learning de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Attention : il n’est pas conseillé de se reposer uniquement sur cette plateforme. Le service de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui conçoit cette plateforme ne travaille pas en collaboration avec le service du jury central de la FWB. Le site e-learning aide partiellement à se préparer aux épreuves ; cependant, il n’y a pas d’assurance que toute la matière est délivrée sur la plateforme ! Il est donc fortement conseillé de compléter son apprentissage par des ouvrages de référence, des syllabus (à acquérir soi-même) et/ou des cours privés.
  • Suivre une formation dans une école privée du jury central. L’avantage de ces formations est que les écoles privées fournissent les cours (qui peuvent être difficiles à obtenir autrement). Cela permet aussi de bénéficier d’un bon encadrement par des enseignants. Cependant, ces formations coûtent extrêmement cher (il faut compter entre 700 et 2000 € par mois). Le taux de réussite est relativement plus élevé chez les candidats inscrits en école privée. Cependant, la Fédération Wallonie-Bruxelles ne procède à aucun contrôle concernant ces formations, et elles ne sont pas subsidiées (donc très élitistes !).

Notons que des réseaux d’entraide entre parents se mettent en place : il existe par exemple des groupes Facebook sur lesquels parents et étudiants échangent des conseils, des bons plans et des bonnes adresses pour se préparer au jury.

– Il est possible d’obtenir un bachelier ou un master en passant par un jury

C’est vrai !

Mais dans ce cas, il ne s’agira pas exactement du jury central : ces jurys de l’enseignement supérieur ne seront pas organisés par la Fédération Wallonie-Bruxelles mais par chaque Université ou Haute École. Les jurys de l’enseignement supérieur ont pour but de permettre aux personnes qui sont dans l’impossibilité matérielle (activité professionnelle, maladie invalidante…) de suivre les cours de manière classique d’obtenir un grade académique (à l’exception des spécialisations, de l’AESS ou d’un doctorat). Dans ce cas : l’étudiant est totalement autodidacte et s’initie lui-même aux matières à maîtriser.

Cette incapacité à participer aux activités d’apprentissage doit être justifiée. Les autorités de l’établissement (Haute École ou Universités) sont compétentes pour déterminer s’il s’agit d’un motif acceptable ou non pour organiser un jury.

Les conditions générales pour avoir accès à ces jurys sont les mêmes que pour avoir accès à l’enseignement supérieur (être en possession du CESS, ou avoir réussi l’examen d’admission aux études supérieures de 1er cycle). Les modalités d’inscription à ces jurys sont à consulter dans le Règlement des études des établissements d’enseignement.

Plus d’infos : Les jurys de l’enseignement supérieur

– J’ai moins de 18 ans et je veux arrêter l’école pour m’inscrire au jury central. Je dois donc faire une déclaration d’enseignement à domicile (ou assimilé) ou m’inscrire dans un établissement qui répond à l’obligation scolaire.

 

 

 

C’est vrai !

En dessous de 18 ans, on est considéré.e comme étant en obligation scolaire. Or, il faut être conscient.e que le jury central ne répond pas en tant que tel à l’obligation scolaire.

Toutes les conditions d’inscription au jury citées au début de cet article sont donc d’abord valables pour les personnes qui ne sont plus en obligation scolaire. Pour les personnes encore en obligation scolaire : il faudra d’abord s’assurer de répondre aux conditions de l’obligation scolaire, et puis seulement s’assurer de correspondre aux conditions d’admission du jury.

Plus précisément, en quoi consiste l’obligation scolaire ?

En Belgique, le droit à l’instruction est un droit fondamental reconnu par la Constitution (et également par d’autres textes internationaux, comme la Convention relative aux droits de l’enfant).

L’obligation scolaire s’étend sur une période de 13 ans (de l’année de ses 5 ans jusqu’à l’année de ses 18 ans, ou jusqu’à l’année de l’obtention du diplôme de fin de secondaire, si obtenu avant 18 ans). La loi établit que tout mineur d’âge résidant en Belgique doit être instruit soit dans une école reconnue par l’état, soit à domicile, soit en école privée. A partir de 16 ans (ou 15 ans à condition d’avoir déjà suivi 2 ans dans l’enseignement secondaire de plein exercice), il est également possible de s’inscrire dans l’enseignement en alternance (1 ou 2 jours de cours / 3 ou 4 jours de formation en entreprise). 

Dans le cas des élèves mineurs qui décident de s’inscrire au jury central, il faudra trouver une solution pour répondre à l’obligation scolaire. Par exemple, il est possible de : 

  • S’inscrire dans une école reconnue et subventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Communauté flamande, ou la Communauté germanophone. . 
  • OU de s’inscrire dans une école qui n’est pas organisée ou subventionnée par l’une des 3 Communautés de Belgique mais dont l’enseignement est reconnu (par exemple : les écoles européennes, les écoles internationales…). Dans ce cas, il faut en informer le Service du Droit à l’Instruction au plus tard le 5 septembre.
  • OU de s’inscrire dans un Institut ou Service de formation pour les petites et moyennes entreprises (IFAPME ou EFP). 

Notons qu’obligation scolaire signifie que l’élève doit fréquenter l’école régulièrement : si l’élève est absent, il devra transmettre un justificatif à l’école. Si l’élève a trop d’absences injustifiées, l’école se devra d’en informer le Service du Droit à l’Instruction. Si l’on choisit de s’inscrire dans un établissement reconnu (ou assimilé) tout en passant le jury, il faut être conscient.e que suivre des cours / une formation en alternance tout en se préparant pour le jury peut s’avérer très chronophage, et logistiquement compliqué.

Si l’élève décide de ne pas s’inscrire dans un de ces établissements, et qu’à la place, il décide de :

  • étudier en autodidacte à la maison
  • OU de s’inscrire dans une école privée (c’est à dire une structure qui n’est ni organisée, ni subventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles)

–> Il faudra dans ce cas faire une Déclaration d’enseignement à domicile et assimilé  auprès du Service de l’enseignement à domicile de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette déclaration doit être faite par les parents de l’élève, et doit être envoyée pour le 5 septembre de l’année académique en cours au plus tard. Dans ce cas, l’élève sera donc soumis aux contrôles du niveau des études du Service général de l’Inspection. Notons également qu’à partir du niveau secondaire, il y a des conditions pour s’inscrire à l’enseignement à domicile (ou assimilé). Il faut : 

  • Avoir obtenu le CEB (certificat d’études de base – niveau primaire) dans le courant de l’année durant laquelle l’élève a atteint ses 12 ans.
  • Avoir obtenu le CE1D (certificat d’enseignement secondaire du 1er degré) dans le courant de l’année scolaire durant laquelle l’élève atteint l’âge de 14 ans. 
  • Avoir obtenu le CE2D (certificat d’enseignement secondaire du 2ème degré) dans le courant de l’année scolaire durant laquelle l’élève atteint l’âge de 16 ans.

Si l’élève ne répond pas à ces conditions, mais que ses parents estiment que l’enseignement à domicile pourrait être opportun, ils peuvent introduire une demande de dérogation. Les éléments à reprendre dans le dossier seront : les motifs du retard scolaire accumulé par l’enfant, le parcours scolaire antérieur, les objectifs à court et long terme mis en place par la famille ou l’école privée, le plan individuel de formation (liste complète sur le site enseignement.be).

Notons qu’en s’engageant pour l’enseignement à domicile, l’élève et son tuteur acceptent de se faire inspecter. La Communauté organisatrice enverra une inspection fixe par deux fois : une inspection qui jugera le niveau de l’enseignement à domicile, une autre qui juge si celui-ci correspond aux normes. Il se peut que l’inspection demande à voir le matériel d’école utilisé lors des cours (syllabus, cahiers…). L’inspection peut également demander d’expliquer précisément le plan de formation (planning, deadlines, dates d’examens, supports…). 

Pour en savoir plus sur l’enseignement à domicile et assimilé, tu peux consulter le site de la Fédération Wallonie Bruxelles.

– Le jury central est une bonne solution pour les personnes qui sont en décrochage scolaire

Vrai et faux. Le jury central est en effet une alternative à l’enseignement secondaire traditionnel. En passant le jury, l’élève peut travailler à son propre rythme. Cela permet de gérer son temps comme on l’entend et de sortir du cadre scolaire classique.

Cependant, ce type d’épreuve correspond aux personnes particulièrement autodidactes :

  • Il faut faire soi-même les démarches pour se procurer la matière (auprès des écoles secondaires)
  • Il est indispensable de s’auto-discipliner et de se créer un programme d’étude personnalisé
  • II s’agit d’être capable de s’autoévaluer tout au long de son parcours d’études (être capable d’identifier, avant les examens, ce qu’on maîtrise –ou pas- comme matière)
  • Il est nécessaire d’avoir des ressources à disposition pour se faire aider si nécessaire (entre autres des ressources financières : pour acheter des livres, des ouvrages complémentaires, payer des profs particuliers…)

Pour les jeunes de moins de 18 ans, il faut aussi être conscient que logistiquement, s’inscrire au jury central peut être compliqué : il faut en effet s’assurer de répondre aux exigences de l’obligation scolaire, avant de s’assurer de répondre aux conditions d’inscription du jury.
Comme explicité ci-dessus, il faudra soit s’inscrire dans une école reconnue (et être présent.e aux cours de l’école, en parallèle de jury), soit faire une demande d’enseignement à domicile (soumise à conditions).

– Le jury est le moyen le plus rapide et facile d’obtenir le CESS

C’est faux ! Le jury est une solution, mais ce n’est pas pour autant la solution de la facilité. Cette méthode ne convient pas à tout le monde. D’ailleurs, le taux de réussite du jury général ou de transition oscille seulement entre 5 et 6%.

Pour le jury professionnel, le taux de réussite est de 20%. Les exigences pour cette filière sont moins élevées. Notons que beaucoup de candidats s’inscrivent au jury professionnel dans le but de faire des études supérieures par la suite. Ils y auront en effet accès ! Cependant, le jury professionnel n’évalue pas le potentiel des élèves à poursuivre des études supérieures. Ceux qui se contentent de leur CESS obtenu à la suite d’un jury professionnel démarrent souvent leurs études supérieures avec un bagage théorique et méthodologique insuffisant…

Dans tous les cas, s’inscrire au jury central doit être un choix réfléchi. Beaucoup imaginent gagner du temps et en ressortir avec un CESS en poche après 6 mois. En réalité, cela se passe rarement comme ça ! Nombreux sont les candidats qui doivent s’y reprendre à plusieurs fois avant de réussir les examens. Résultat : les sessions s’enchaînent, la solitude et le découragement parfois s’installent… Et on réalise qu’il aurait été plus rapide et efficace de s’inscrire à une formation de 2 ans en promotion sociale (qui offre plus d’encadrement et plus de soutien, pour un prix accessible).

Avant de se lancer dans ce projet, et de choisir une filière ou une autre, il faut donc se poser plusieurs questions : suis-je suffisamment autodidacte ? Quelle est ma méthode de travail ? Comment fonctionne ma mémoire ? Ai-je besoin d’encadrement et d’aide pour étudier ? Quelles sont mes lacunes, dans quelles matières ? Ai-je les ressources nécessaires pour demander de l’aide si j’en ai besoin ? Quel est mon projet pour le futur ? Travailler au plus vite ? Faire des études supérieures ?

En bref : avant de remplir le formulaire d’inscription, il est conseillé de faire un peu d’introspection et de réfléchir à son orientation de manière plus globale.

Le jury est une opportunité, ayant permis à beaucoup de personnes d’évoluer, de se dépasser, de retrouver confiance ; et comme pour toutes les opportunités : il faut se préparer, toujours rester lucide et savoir dans quoi on se lance.

Pour aller plus loin :

Commentaires Facebook

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *