Les épreuves de sélection pour devenir policier·ère

Les métiers de la police attirent de plus en plus de monde. Flexibles et variés, ils allient l’expérience du terrain et le travail de bureau, et offrent de nombreuses opportunités d’évolution.

Cependant, pour accéder à la formation de base à l’académie de police (passage obligatoire avant d’être policier·ère), tout le monde doit passer par un processus de sélection en 3 phases qui se révèle assez ardu. Les 3 phases sont les suivantes : la sélection générique, la réserve de recrutement, la sélection par l’entité de police (Zone de Police Locale ou service de la Police Fédérale).

La difficulté et les exigences de ces phases et des tests qu’elles contiennent dépendent du grade que tu veux avoir quand tu travailleras à la police : commissaire, inspecteur·trice principal·e avec spécialisation particulière, inspecteur·trice, agent·e de police ou de sécurisation. En revanche, pour tous les grades, tu devras attester d’un permis de conduire (boite manuelle ou automatique). Notons aussi qu’il faut obligatoirement et au minimum avoir un master en tant que commissaire et un bachelier pour être inspecteur·trice principal·e avec spécialisation. Pour le grade d’inspecteur·trice, il faut avoir réussi 6 années dans le secondaire – la 7e année professionnelle et le CESS ne sont pas demandés. Tu peux d’ailleurs commencer la procédure au cours de cette 6e année d’étude. 

Il vaut mieux savoir à quoi s’attendre ! Voici un petit résumé des différentes phases et épreuves et quelques conseils pour s’y préparer au mieux.

1ère phase : La sélection générique

La sélection pour entrer à la police se fait de manière la plus objective et transparente possible. Pour y entrer, il te faudra passer une série de tests, qui s’inspirent de la méthode de « l’assessment center ». L’assessment center, c’est une méthode d’évaluation qui permet de déterminer quelles sont les compétences, les motivations et les attitudes de la personne qui postule. Également, il faut toujours avoir réussi l’épreuve précédente pour pouvoir passer à la suivante.

À la police, ces épreuves sont réparties sur 4 journées. Attention, il faut être prévoyant·e et prendre son mal en patience : les épreuves peuvent s’étaler sur plusieurs mois. C’est assez variable, mais la sélection peut parfois durer jusqu’à 1 an (voire plus). Il est conseillé de transmettre ses indisponibilités au fur et à mesure de la candidature pour être convoqué·e quand tu es disponible.

Si entrer dans la police est un vrai projet et que tu es décidé·e, fais-en sorte de t’y prendre à temps et de t’y préparer au mieux. Toutefois, il est conseillé d’avoir un plan B vu les délais et le nombre conséquent de postulant·e·s.

1. L’épreuve d’aptitudes cognitives

Il s’agit de la première épreuve, chronométrée et informatisée. Pendant une demi-journée, tu seras soumis·e à différentes évaluations. Les tests psychotechniques sont majoritairement des tests de pure logique. À la police, il y a 4 types de tests : les tests de raisonnements verbal, abstrait et numérique et un test de langue.

Ces épreuves permettent d’évaluer les capacités de raisonnement des candidat·e·s. Exercices mathématiques, suites de chiffres, de symboles… Tous ces tests permettent de vérifier à quel point tu es capable d’établir des liens entre différents éléments, de tirer des règles générales, de t’exprimer clairement et de trouver des solutions.

Une fois réussie, l’épreuve est valable à vie.

Quelques sites proposent des simulations de tests pour te donner une idée du type de questions qui seront posées : www.selor.be ; https://be.hudson.com/. Il existe également de nombreux livres dans le commerce qui permettent de s’entrainer aux exercices psychotechniques.

2. L’épreuve sportive

Cette épreuve a généralement lieu le même jour que l’épreuve cognitive (le premier jour). Il te faudra donc bien dormir la veille ! Lors de l’épreuve physique, il te sera demandé de franchir un parcours d’obstacles dans un temps limité (170 secondes pour les hommes, 200 secondes pour les femmes), et cela trois fois à la suite. En plus de ce parcours (appelé « le parcours fonctionnel »), il y a un test de force (il te faudra par exemple pousser un chariot de 200 kilos sur une distance de 10 mètres ou transporter un mannequin de 48 kilos sur une distance de 5 mètres).

Cette vidéo donne une idée de ce qui t’attend.

L’épreuve n’est pas facile : pour la réussir, il faut faire preuve de dextérité, d’endurance et de force physique. Il est donc judicieux de s’entraîner un peu (ou beaucoup) de son côté avant de s’y présenter, et de s’assurer de sa bonne santé physique. De plus, les académies de police mettent en place des simulations de l’épreuve sportive de temps à autre : tu pourras donc tester le parcours fonctionnel et le test de robustesse pendant ta préparation (inscription par la rubrique « événements » sur Jobpol).

Si tu la réussis, cette épreuve a une validité d’un an.

3. L’épreuve de personnalité

Cette épreuve va déterminer si ta personnalité, ton caractère et les compétences que tu possèdes sont compatibles avec le travail de policier·ère (et selon le grade choisi). Pour ce faire, tu seras évalué·e aux travers de questionnaires autobiographique et de personnalité de type « QCM » (à remplir préalablement chez toi et à renvoyer à l’évaluateur),  d’autres outils évaluant ta personnalité et enfin au travers d’un entretien semi-structuré avec un·e psychologue. A noter qu’en plus des tests de personnalité informatisés, tu auras des formulaires à compléter et à signer sur l’honneur.

Cet entretien semi-structuré se base sur la méthode STAR (Situation, Tâche, Action, Résultat) : c’est une technique d’entretien qui vise à analyser ta manière de fonctionner par le biais de tes réponses. Celles-ci sont illustrées par tes expériences passées. Chacune de tes réponses à ces questions devra donc développer ces points : quelle était la situation vécue, la tâche et son objectif, les actions que tu as entreprises pour réaliser cette tâche et le ou les résultats et ce que tu en as retiré. On te demandera par exemple d’expliquer certaines situations spécifiques (dilemmes, conflits, moments de doute, etc.) durant ton parcours scolaire ou un job étudiant et d’illustrer la manière dont tu as résolu les choses (et les conséquences que cela a eu ainsi que les leçons que tu en as tirées). 

Cette épreuve se déroule à Bruxelles. Deux mots d’ordre : l’honnêteté et la cohérence.

Pour s’y préparer : avant le test, il est toujours bon de se renseigner sur le « profil idéal » du policier. Tu peux consulter les descriptions des profils de compétence sur le site jobpol.be.  Essaye également de bien exprimer tes propres motivations et finalités pour pouvoir les exposer clairement lors de l’épreuve de personnalité, de manière consistante et logique. Faire aussi un peu d’introspection peut être intéressant : questionne-toi sur tes qualités, tes défauts, ton caractère, tes compétences… Des démonstrations sont également disponibles sur Jobpol dans la rubrique « procédure de sélection/préparez-vous/journée de personnalité » (exemple : Inspecteur de police | Jobpol)

4. L’épreuve médicale

Après avoir passé les épreuves ci-dessus, il est temps de vérifier que tu es en assez bonne santé et que tu remplis certains critères pour effectuer le travail de policier·ère. Analyse d‘urine, mesure de ta taille et de ton poids, tests de la vue et de l’ouïe, absence de tatouage sur le visage et dans le cou…

Le jour de l’examen d’aptitude médicale avec le médecin du travail, veille à bien prendre avec toi ta carte d’identité, ta carte de vaccination et à remettre le questionnaire médical préalablement rempli avec ton médecin traitant. Bien entendu, il te sera également demandé d’avoir une hygiène irréprochable (dents lavées, oreilles débouchées…). Selon ta situation médicale, tu pourrais passer des examens complémentaires ou fournir des rapports médicaux ou traitements prescrits par des spécialistes.

5. L’enquête de moralité

En parallèle à la passation des épreuves de la phase de sélection générique, ton dossier fait l’objet d’une enquête de moralité. En effet, par souci de cohérence et de crédibilité, il va de soi que pour travailler à la police, il faut soi-même avoir une conduite irréprochable. Tes antécédents seront passés en revue afin de s’assurer que tu n’as pas commis de délits et que tes valeurs correspondent à celles de la police. Un·e inspecteur·trice de ta commune prendra contact avec toi pour garantir cela.  

Si ton dossier contient des éléments aggravants, la commission de moralité peut décider de t’exclure du processus de sélection ou d’imposer une restriction territoriale. La restriction territoriale veut dire qu’après avoir suivi la formation de base à l’académie, tu pourrais ne pas travailler comme policier·ère dans une certaine province ou zone de police locale (tant que la restriction reste en application).

Cependant, rassure-toi : sauf circonstances aggravantes, les petites infractions comme des amendes de stationnement ne devraient pas poser de problème dans ton processus de sélection.

6. La commission de délibération

Cette commission de délibération (ou jury) analyse ton dossier de sélection complet incluant les résultats des épreuves précédentes et de l’enquête de moralité. Elle se réunit sans ta présence et évalue si tu possèdes les compétences génériques (élémentaires) pour exercer la fonction de policier·ère selon le grade choisi. Si la commission de délibération rend un avis positif et te déclare apte, tu es versé·e dans la réserve de recrutement (2e phase).

2e phase : La réserve de recrutement 

À ce stade, tu as réussi toutes les étapes de la sélection générique. Tu deviens donc « lauréat·e ». Tu as désormais les accès pour consulter les offres d’emploi pour les fonctions en uniforme publiées par les zones de Polices Locales et les services de la Police Fédérale dans l’onglet « Je suis lauréat » du site Jobpol. C’est donc le moment de préparer ton CV et tes lettres de motivation et de postuler. Ton CV que tu as utilisé lors de la sélection générique peut être réutilisé ou tu peux le retravailler pour les postulations. Attention, tu disposes de 2 ans pour postuler. Tu restes dans la réserve de recrutement tant que tu n’es pas sélectionné·e par une entité de police postulée après ton passage devant leur commission de sélection.

3e phase : La commission de sélection 

Tu es invité·e par une entité de police à laquelle tu as postulé à participer à la commission de sélection qu’elle organise. Il s’agit de l’avant-dernière étape qui va déterminer ton acceptation à l’académie de police (c’est aussi la plus exigeante). Considère la commission de sélection comme un entretien d’embauche particulièrement poussé. Lors de cette journée, tu devras faire face à un jury (composé de membres de la zone de police ou du service de la police fédérale postulé). Il te faudra convaincre ces personnes que tu es bel et bien fait·e pour travailler chez eux. Tu devras exprimer tes motivations, tes envies, tes ambitions, tes valeurs… Pour mettre en avant ton intérêt pour la fonction, il te sera aussi demandé de montrer tes connaissances de l’institution policière.

Cette épreuve dure plus ou moins une heure. Si l’entité te sélectionne et te déclare apte, tu pourras t’inscrire dans l’académie de police de ton choix et commencer ta formation de base.

Anticiper

Pour mieux visualiser le type d’épreuves que tu devras effectuer, tu peux te rendre sur le site de JobPol et cliquer sur le grade qui t’intéresse puis sur « infos sur notre offre d’emploi ». Tu y trouveras entre autres la description du grade, le profil de compétence, la procédure de sélection, les aménagements raisonnables, les documents utiles etc.

Tu peux aussi consulter le site du Selor : http://www.selor.be/fr/tests/. Sur cette page, tu trouveras des exemples d’exercices et de simulations. Le CEFIG (Centre de Formation-Insertion Le Grain) propose des formations pour préparer les candidat·e·s (qui remplissent certaines conditions d’admission) à la procédure de sélection. Ces préformations sont gratuites (mais les places limitées). Il y a également Brusafe à Haren, l’Institut des Cours Industriels à Bruxelles, l’établissement de promotion sociale de Châtelet, l’Institut Saint-Laurent à Liège et l’EPI à Verviers qui peuvent te préparer à la procédure de sélection.

Avant et pendant le processus de sélection, la police met en place des séances d’information afin de préparer les candidat·e·s aux épreuves de la sélection générique (simulation de l’épreuve sportive, épreuve de personnalité, …). Certaines Zones de Police ou certains services de la Police Fédérale organisent aussi des séances d’information à l’intention des lauréat·e·s pour présenter les emplois publiés et leurs services. Les dates de ces séances sont communiquées sur Jobpol (le site de recrutement de la police) dans l’onglet « Evènements », ainsi que toutes les informations (plus détaillées) sur chaque épreuve et sur le métier de policier.

Tout au long de la phase de sélection générique et celle de la réserve de recrutement, n’hésite pas à prendre contact avec des policier·ère·s qui sont déjà en fonction pour parler avec eux·elles de leur métier et de leurs motivations. Parmi eux·elles, il y a des points de contact recrutement : ils·elles pourront en plus te donner des conseils et t’aiguiller pour t’aider dans ta préparation aux épreuves. Tu peux trouver leurs coordonnées via l’onglet « Je voudrais rencontrer un collègue » du site Jobpol.

La police organise et/ou participe aussi à des évènements : par exemple, le 21 juillet, il est possible de tester le parcours physique, de rencontrer des professionnel·le·s du métier… La police est également présente au Salon du SIEP tous les ans.

L’école de police

Si, à force de persévérance et de patience (et d’un peu de chance), tu as passé avec succès chaque test, tu deviens un·e aspirant·e agent·e de police/inspecteur·trice (principal·e)/commissaire. Dès lors, tu seras accepté·e dans l’une des académies de police francophones pour une formation autour de 12 mois (la durée varie selon le grade) pendant laquelle tu seras rémunéré·e. Pendant cette formation, tu apprendras toutes les compétences nécessaires au travail de policier.

Si jamais les épreuves ne se sont pas bien passées et qu’il s’agit d’un projet auquel tu tiens véritablement, pas de panique ! Tu as jusqu’à 5 chances pour réussir la procédure de sélection. Il faudra cependant attendre 8 mois pour recommencer le processus de sélection depuis le début, mis à part le test cognitif (valable à vie) et le test sportif (1 an).

N’hésite pas à partager tes conseils et ton expérience des tests de sélection dans la section commentaire ci-dessous !

Commentaires Facebook

commentaires

23 réponses “Les épreuves de sélection pour devenir policier·ère

  1. Aurélia Virgone

    Les cours industriels implantés sur le campus des Arts et Métiers, rue de l’Abattoir à Bruxelles proposent également une préformation aux épreuves d’agent et d’inspecteur de police.

    Reply
  2. Delcourt

    Bonjour ,

    pouvez-vous me renseigner sur les modalités afin de pouvoir m’inscrire aux différents examens afin de rentrer à la Police .
    Est ce qu’il y a un âge maximum pour passer ces examens ?

    Bien à vous
    Delcourt Raphael

    Reply
    • siepasbl Post author

      Bonjour,
      Oui, il est possible de s’inscrire si tu es en rhéto.
      Il faut savoir qu’une fois les tests réussis (une fois que tu es considéré comme admis à la formation à l’académie de police), il faudra remplir ces conditions :
      être âgé de 18 ans au moins ;
      disposer des aptitudes physiques et ne pas avoir de handicap incompatible avec les exigences de la fonction visée et être porteur du diplôme ou du certificat d’études requis ;
      posséder le permis de conduire de catégorie B (boîte manuelle) ;
      avoir réussi les épreuves de sélection.

      Reply
  3. Ponkalo

    Es ce qu’on peut postuler à la police comme inspecteur avec 3 années de secondaire et un diplôme d’apprentissage 3 années des classes moyennes de la communauté germanophone?

    Reply
    • siepasbl Post author

      Bonjour Ponkalo,
      Les conditions de diplôme pour pouvoir postuler à la police comme inspecteur sont les suivantes: être en possession du diplôme ou certificat de l’enseignement secondaire supérieur (6 années réussies en général, technique, artistique ou professionnel, la septième année n’est pas demandée!) ou de promotion sociale. Tes derniers diplômes obtenus ne suffisent donc pas.

      Reply
  4. Piette

    Bonjour,
    Je possède un graduat de l’enseignement supérieur de promotion sociale de type court (obtenu en 2005), est-ce que ce diplôme dispense des tests psychotechniques? Bien à vous,
    Frédérique

    Reply
  5. Nouar

    Bonjour,

    Je suis titulaire d’un bachelier en sciences psychologiques et de l’éducation ; de par ce fait puis-je directement postuler au poste d’inspecteur principal ?
    Si la réponse est positive j’aimerais savoir si la difficulté des épreuves pour accéder à la formation est donc plus grande ?

    Merci d’avance pour vos réponses.

    Reply
    • siepasbl Post author

      Bonjour,
      Pour devenir inspecteur principal, il y a deux possibilités :
      – postuler en interne : les inspecteurs en place depuis un certain nombre d’années peuvent postuler en interne comme un poste d’inspecteur principal est ouvert.. Cela implique de passer des tests et de suivre à nouveau une formation.
      – Postuler comme inspecteur principal en externe : de temps en temps, la police met en ligne des offres d’emploi spécifiques pour des postes d’inspecteur principal spécialisé dans un domaine ou dans un autre. Les infos se trouvent sur le site https://www.jobpol.be/fr/fonctions-en-uniforme
      Les tests pour les niveaux de bacheliers sont effectivement plus poussés.
      N’hésitez pas à contacter directement la police sur http://www.jobpol.be, ou à vous rendre aux Salons SIEP pour rencontrer directement la police à leur stand : https://salons.siep.be/

      Bonne journée

      Reply
    • siepasbl Post author

      Bonjour Aline,
      Ces informations sont disponibles dans les conditions d’admission d’inscription au test.

      Reply
  6. Lizin Tom

    Bonjour, j’aimerai entrer à la police, cependant, je ne trouve pas comment on peut s’inscrire pour passer les différents test. Avec vous un lien ou autre pour m’aider ? Merci à vous.

    Reply
    • siepasbl Post author

      Bonjour Arikan,
      Comme mentionné sur le site de la police, il n’y a pas d’âge maximum pour postuler à la police.

      Reply
  7. Laura

    Bonjour,

    Je suis française mais résidente belge depuis un peu plus d’un an. Puis-je déjà postuler ou dois-je attendre d’avoir la nationalité ?
    Merci beaucoup

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.