Décryptage : nouvel examen d’entrée en médecine et dentisterie

Comme annoncé ce 19 avril 2017 par Monsieur Marcourt, Ministre de l’enseignement supérieur, il y aura bel et bien un examen d’entrée pour tous les étudiants voulant avoir accès aux études en sciences médicales ou dentaires dès la rentrée académique prochaine.

D’où provient une telle décision ?

Il semblerait que cet examen soit une possible solution au problème de l’octroi des numéros INAMI que connait notre pays. En effet, ce fameux numéro est la garantie pour un médecin de pouvoir pratiquer son métier de manière réglementaire car il permet aux patients de se faire rembourser par la sécurité sociale leurs consultations et leurs prescriptions médicales. Cependant, vu le nombre d’étudiants en médecine s’inscrivant chaque année, le budget ainsi que les quotas explosent et il n’est plus possible de donner un numéro INAMI à tous (même après sept ans d’études et malgré certaines professions en pénurie!). C’est pour cette raison que, depuis 2014, le gouvernement cherche, sans beaucoup de succès pour l’instant, à mettre en place des « filtres » de manière à diminuer le nombre de diplômés en médecine et en dentisterie, le dernier en date étant la mise en place d’un examen d’entrée dès cette année.

Quand et sous quelles formes aura lieu l’examen ?

L’examen d’entrée, sous forme écrite, aura lieu le 8 septembre prochain durant toute la journée à Brussels Expo. Il a été réalisé par des professeurs de médecine de la Fédération Wallonie Bruxelles et en association avec les services d’inspection de l’enseignement supérieur.
Le questionnaire est composé de deux parties, chacune divisée en quatre matières. La première partie concerne la connaissance et la compréhension des matières scientifiques telles que la biologie et les mathématiques tandis que la seconde se penche plutôt sur la communication et l’analyse critique de l’information, c’est-à-dire la dimension humaniste de la pratique médicale et dentaire comme l’empathie, la réflexion éthique, etc.

Comment s’inscrire et y-a-t-il des conditions particulières ?

L’inscription à l’épreuve sera possible dès la mi-juin et cela jusqu’au 1er aout 2017 via le site internet de l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (www.ares-ac.be). Il est demandé au jeune inscrit de verser 30€, faisant office de « caution », qui lui seront reversés s’il se présente bien le jour de l’examen.
Pour pouvoir s’inscrire, pas de conditions particulières excepté l’obligation d’être détenteur du Certificat d’enseignement secondaire supérieur (CESS).
Concernant les étudiants non-résidents en Belgique, plus de démarches sont à faire (au niveau des équivalences) et seul un quota de 30 % y aura accès.

Est-il possible de se préparer à l’avance et quelles sont les formalités de réussite ?

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, le site de l’Ares donne accès à des « quizz » pour s’entrainer et cerner le type de questions qui seront présentes lors de l’examen. L’Université Catholique de Louvain, quant à elle, propose, des cours préparatoires en juillet et en août.
Enfin, pour pouvoir vous inscrire en première année de médecine ou de dentisterie, il vous faudra réussir l’examen avec une moyenne d’au moins 10/20 et un minimum de 8/20 à l’ensemble des huit matières. Soyez donc prudents en vue du niveau de difficulté de l’examen et selon les propos du Ministre Marcourt, seulement 1 étudiant sur 10 parviendra à le réussir!

Pour plus d’infos…www.ares-ac.be

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *