Coronavirus : quel impact sur la Promotion Sociale ?

La crise du COVID-19 bouleverse l’enseignement de manière générale. Méthodes d’apprentissage, stages, calendrier… L’organisation doit être repensée. L’enseignement de Promotion Sociale n’échappe pas aux perturbations actuelles. Des mesures sont également de mise ! Les dernières directives sont celles annoncées dans la circulaire 7568 du 7 mai 2020

Glissez cet article dans vos favoris, il sera régulièrement mis à jour !

Impact sur les cours

ACTU / EDIT 8/05

La circulaire 7568 du 7 mai 2020 définit les nouvelles mesures prises dans les établissements de l’enseignement de promotion sociale pendant la crise du COVI-19. Depuis le 16 mars, les écoles ont été invitées à s’adapter et à donner des cours à distance. Début mai, les directives sont les suivantes :

  • Dans les établissements d’Enseignement de promotion sociale, les activités d’apprentissage et les évaluations en présentiel sont suspendues depuis le 14 mars 2020. Tous les étudiants réguliers au 14 mars 2020 sont considérés comme en absence justifiée en raison des circonstances exceptionnelles. Aucun justificatif d’absence ne sera donc demandé aux étudiants.
  • Les cours qui ne pourront pas être donnés pourront être déplacés jusqu’au 31 décembre 2020.
  • Les conseils des études sont invités à clôturer tout ce qui peut l’être en juin, en particulier pour les étudiants en année diplômante. Le but est de faire en sorte de ne pas retarder les certifications ; les conseils se pencheront donc sur chaque cas pour éviter autant que possible le report sur l’année académique 2020/2021.
  • Les périodes de cours prévues entre le 14 mars 2020 et le 5 avril 2020 ne devront pas être obligatoirement reportées (dérogation aux dispositions de la circulaire 7113 du 13 mars 2019). Les directions ont la responsabilité d’évaluer quel cours sera reporté ou non, le système modulaire de la promotion sociale étant assez souple (et permettant de reporter certaines unités d’enseignement à l’année académique suivante).
  • A titre exceptionnel, le Conseil des études peut également admettre des étudiants dans une unité d’enseignement qui nécessite la réussite d’une (ou plusieurs) unité(s) d’enseignement pré-requise(s), et cela même s’il n’a pas été possible de procéder à l’évaluation des acquis de cette/ces unité(s). Cette mesure est en place jusqu’au 31 octobre 2020. Pour les étudiants dans cette situation, toutes les UE devront faire l’objet d’une évaluation avant le 31 décembre.

La ministre n’envisage pas actuellement que des cours soient organisés en juillet-août (en dehors de ceux déjà prévus à cette période).

Impact sur les examens et évaluations

  • Le 8 mai, tous les étudiants ont dû recevoir les informations concernant les modalités d’examens dans l’enseignement de promotion sociale (du moins pour tous les examens organisés avant le 30 juin). Dans le cas des évaluations à distance, les étudiants sont priés de prévenir l’école avant le 14 mai s’ils ne se trouvent pas dans les conditions matérielles pour participer à l’évaluation. Les établissements devront proposer des solutions adéquates aux élèves dans ces situations.
  • Les informations concernant les modalités des examens doivent clairement définir la matière qui fera l’objet de chaque évaluation, la nature de l’examen (oral, écrit, à distance…) et les caractéristiques de l’examen (livre ouvert, QCM, QO…).
  • Pour les unités d’enseignement de niveau supérieur (bacheliers et brevets) de premier et de second cycle : il ne sera pas obligatoire de faire passer des examens. Les Conseils des études pourront organiser une évaluation en continu (cette législation est déjà d’application pour l’enseignement de promotion sociale de niveau secondaire!). Pour évaluer les étudiants, le Conseil des études prendra en compte les travaux réalisés tout au long de l’année. Certaines unités d’enseignement peuvent être évaluées ensemble (par exemple : une UE et les UE précédentes qui sont des prérequis).
  • 2 mois en plus (hors vacances de printemps et d’été) sont accordés pour l’organisation de la seconde session de l’épreuve intégrée.

Impact sur les stages

Depuis le début de la crise, les stages, dans le cadre des formations en promotion sociale, sont maintenus et relèvent de la responsabilité du lieu d’accueil du stagiaire. Les services de santé et d’aide aux personnes requièrent actuellement un renforcement de leurs effectifs : les étudiants de ces secteurs verront donc plus que vraisemblablement leurs stages maintenus.

La décision de suspendre ou de maintenir un stage ne dépend pas des écoles de promotion sociale : cette décision ne leur revient pas. Cependant, les employeurs ont la responsabilité d’assurer aux stagiaires un cadre respectant les mesures de sécurité et d’hygiène. Si un stagiaire constate que les dispositions prises par le lieu de stage ne sont pas suffisantes, il doit en informer son établissement. Un bilan sera fait au cas par cas et des mesures pourront être prises.

De nombreux stages ont malgré tout été annulés ou interrompus ; le but des modalités citées ci-dessus (allongement de la durée des unités d’enseignement et possibilités d’évaluation à distance) devrait être une solution dans certains cas. Le Conseil des études décide de reporter ou non les heures de stage non prestées, de valider ou no les acquis d’apprentissage.

Pour certains métiers, la situation est un peu différente : la circulaire du mois de mai laisse entendre que pour les professions réglementées (dont les exigences sont définies dans les directives européennes -infirmier responsable de soins généraux, infirmier hospitalier…), les normes en vigueur ne seront pas assouplies. Pour les stages ayant été interrompus dans ces domaines, le jury ne pourra probablement pas faire preuve d’autant de souplesse, en raison de prescrits légaux fédéraux et européens.

Pour les apprenants qui se sont engagés volontairement pendant la crise, afin de soutenir les structures de soins de santé, il appartient au Conseil des études de valoriser cette expérience comme des heures de stage. Pour que ça soit considéré comme des heures de stage, il faudra démontrer que les prescrits européens ont été respecté (et qu’il y a eu un encadrement pédagogique).

Aujourd’hui le message est clair : dans la mesure du possible, il est de toute manière conseillé de maintenir ou reprendre les activités de stage, en donnant priorité aux apprenants en année diplômante (afin de ne pas retarder leur entrée sur le marché du travail).

Dans les

Impact sur les frais d’inscription en 2020 – 2021

Les étudiants considérés comme étudiants régulier au 13 mars 2020, n’ayant pas pu présenter certaines unités d’enseignement, se verront exemptés des droits d’inscriptions pour ces unités d’enseignement pour l’année académique 2020 – 2021. Cette mesure concerne les étudiants qui n’ont pas pu présenter les deux sessions d’examens (promotion sociale de niveau secondaire et supérieur).

SI un étudiant se réinscrit dans une autre école de promotion sociale pour poursuivre une unité d’enseignement (qu’il n’avait pas pu terminer à cause de la crise), il devra présenter une fiche d’inscription de l’année 2019-2020 pour ladite unité d’enseignement, ainsi qu’une attestation « d’abandon » délivrée par l’établissement fréquenté en 2019-2020 pour ladite unité d’enseignement. Bien entendu, ces mesures sont d’applications si aucun remboursement n’a été effectué au préalable.

Adresses utiles :

  • La direction de l’Enseignement de promotion sociale se tient à disposition pour répondre à toutes les questions sur l’organisation des établissements face au Covid-19 (à cette adresse)
  • Pour les questions spécifiques : les établissements seront les plus qualifiés pour vous répondre.
  • Les secrétariats de la plupart des établissements restent ouverts et travaillent à bureaux fermés. Ils sont joignables par téléphone. Pour des informations ou coordonnées d’établissements, contactez un centre SIEP !
  • Le Centre de Ressources Pédagogiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles met à disposition des enseignants le dispositif « Ma classe ». Il s’agit d’une plateforme en ligne, reprenant des modules de cours et permettant aux professeurs de communiquer efficacement avec leurs classes.
  • Pour comprendre le système de la promotion sociale, consultez notre article : « L’enseignement de promotion sociale, de quoi s’agit-il ? »

Commentaires Facebook

commentaires

2 réponses “Coronavirus : quel impact sur la Promotion Sociale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *