Les épreuves de sélection pour devenir policier·ère

Kalender 2018. Calendrier 2018.

Les métiers de la police attirent de plus en plus de monde. Flexibles et variés, ils allient l’expérience du terrain et le travail de bureau, et offrent de nombreuses opportunités d’évolution.

Cependant, pour accéder à la formation de l’école de police (obligatoire pour toute personne désirant y travailler), tout le monde doit passer par un processus de sélection qui se révèle assez ardu. Il vaut mieux savoir à quoi s’attendre ! Voici un petit résumé des différentes épreuves et quelques conseils pour s’y préparer au mieux.

La sélection pour entrer à la police se fait de manière la plus objective et transparente possible. Pour y entrer, il te faudra passer une série de tests, qui s’inspirent de la méthode de « l’assessment center ». L’assessment center, c’est une méthode d’évaluation qui permet de déterminer quelles sont les compétences, les motivations et les attitudes de la personne qui postule. Également, il faut toujours avoir réussi l’épreuve précédente pour pouvoir passer à la suivante.

À la police, ces épreuves sont réparties sur 4 journées. Attention, il faut être prévoyant et prendre son mal en patience : les épreuves peuvent s’étaler sur plusieurs mois. C’est assez variable, mais la sélection peut parfois durer jusqu’à 1 an (voire plus). Si entrer dans la police est un vrai projet et que tu es décidé, fais-en sorte de t’y prendre à temps.

L’épreuve d’aptitudes cognitives

Il s’agit de la première épreuve. Pendant une demi-journée, tu seras soumis à différentes évaluations. Les tests psychotechniques sont majoritairement des tests de pure logique. À la police, il y a 4 types de tests : un test de langue, un test d’abstraction, un test verbal et un test numérique. La difficulté de ces tests dépend du grade que tu veux avoir quand tu travailleras à la police : commissaire, inspecteur principal, inspecteur, agent (à noter qu’il faut obligatoirement avoir un master pour être commissaire, un bachelier pour être inspecteur général et un CESS pour être inspecteur).

Ces épreuves permettent d’évaluer les capacités de raisonnement des candidats. Exercices mathématiques, suites de chiffres, de symboles… Tous ces tests permettent de vérifier à quel point tu es capable d’établir des liens entre différents éléments, de tirer des règles générales, de t’exprimer clairement et de trouver des solutions.

Quelques sites proposent des simulations de tests pour te donner une idée du type de questions qui seront posées : www.selor.be ; https://be.hudson.com/. Il existe également de nombreux livres dans le commerce qui permettent de s’entrainer aux exercices psychotechniques.

Il est aussi possible d’être dispensé de cette épreuve si tu as un diplôme plus élevé que celui demandé pour la fonction à laquelle tu postules (par exemple, si tu postules pour le poste d’inspecteur et que tu as un diplôme d’études supérieures –bachelier ou master- tu peux être dispensé de l’épreuve cognitive).

L’épreuve sportive

Cette épreuve a généralement lieu le même jour que l’épreuve cognitive. Il te faudra donc bien dormir la veille ! Lors de l’épreuve physique, il te sera demandé de franchir un parcours d’obstacles dans un temps limité (170 secondes pour les hommes, 200 secondes pour les femmes), et cela trois fois à la suite. En plus de ce parcours (appelé « le parcours fonctionnel »), il y a un test de force (il te faudra par exemple pousser un chariot de 200 kilos sur une distance de 10 mètres ou transporter un mannequin de 48 kilos sur une distance de 5 mètres).

Cette vidéo donne une idée de ce qui t’attend.

Cette épreuve n’est pas facile : pour la réussir, il faut faire preuve de dextérité, d’endurance et de force physique. Il est donc judicieux de s’entraîner un peu (ou beaucoup) de son côté avant de s’y présenter, et de s’assurer de sa bonne santé physique.

L’épreuves de personnalité

Cette épreuve va déterminer si ta personnalité, ton caractère et les compétences que tu possèdes sont compatibles avec le travail de policier. Cette journée dure une journée entière et se déroule à Bruxelles. Lors de cette épreuve, tu devras passer un entretien personnalisé avec un psychologue et répondre à un test de personnalité en ligne (de type « QCM »). Tu seras aussi invité à participer à des jeux de rôles (individuels et en groupe). Deux mots d’ordre : l’honnêteté et la cohérence.

Pour s’y préparer : avant le test, il est toujours bon de se renseigner sur le « profil idéal » du policier. Tu peux consulter les descriptions des profils de compétence sur le site jobpol.be. N’hésite pas également à prendre contact avec des policiers qui sont déjà en fonction pour parler avec eux de leur métier et de leurs motivations. Essaye également de bien exprimer tes propres motivations et finalités pour pouvoir les exposer clairement lors de l’épreuve de personnalité, de manière consistante et logique. Faire aussi un peu d’introspection peut être intéressant : questionne-toi sur tes qualités, tes défauts, ton caractère, tes compétences…

L’enquête de moralité

Par souci de cohérence et de crédibilité, il va de soi que pour travailler à la police, il faut soi-même avoir une conduite irréprochable. Ton dossier fera donc l’objet d’une enquête d’antécédents afin de s’assurer que ton casier judiciaire est vierge et que tes valeurs correspondent à celle de la police. Un inspecteur de ta commune prendra contact avec toi pour garantir cela.  Cependant, rassure-toi : sauf circonstances aggravantes, les petites infractions comme des amendes de stationnement ne devraient pas poser de problème dans ton processus de sélection.

La commission de sélection

Il s’agit de l’avant-dernière étape qui va déterminer ton acceptation à l’académie de police (c’est aussi la plus exigeante). Considère la commission de sélection comme un entretien d’embauche particulièrement poussé. Lors de cette journée, tu devras faire face à un jury (composé de membres de la police très expérimentés). Il te faudra convaincre ces personnes que tu es bel et bien fait pour travailler dans la police. Tu devras exprimer tes motivations, tes envies, tes ambitions, tes valeurs… Il te sera aussi demandé de montrer tes connaissances de l’institution policière (afin de prouver ton réel intérêt pour la fonction et le milieu).

Cette épreuve dure plus ou moins une heure et se base sur les expériences vécues par les candidats. On te demandera donc par exemple d’expliquer certaines situations spécifiques (dilemmes, conflits, moments de doute…) que tu as vécues et d’illustrer la manière dont tu as résolu les choses (et les conséquences que cela a eu). Attention, la commission se base également sur ton dossier et sur tes résultats aux épreuves réalisées précédemment : veille donc à être cohérent dans ce que tu dis (que ça ne contredise pas ce que tu avais affirmé lors de ton test de personnalité, par exemple).

L’épreuve médicale

Après avoir été accepté à la commission de sélection, il est temps de vérifier que tu es en assez bonne santé et que tu remplis certains critères pour effectuer le travail de policier. Analyse d‘urine, mesure de ta taille et de ton poids, test de la vue et de l’ouïe…

Veille à bien prendre avec toi ta carte d’identité, ta carte de vaccination et les rapports de ton médecin si ton cas comporte des particularités. Bien entendu, il te sera également demandé d’avoir une hygiène irréprochable (dents lavées, oreilles débouchées…).

Anticiper

Pour mieux visualiser le type d’épreuves que tu devras effectuer, tu peux te rendre sur le site du Selor : http://www.selor.be/fr/tests/. Sur cette page, tu trouveras des exemples d’exercices et de simulations. Egalement, le CEFIG (Centre de Formation-Insertion Le Grain) propose des formations pour préparer les candidats (qui remplissent certaines conditions d’admission) à la procédure de sélection. Ces préformations sont gratuites (mais les places limitées).

Avant et pendant le processus de sélection, la police met en place des séances d’information afin de préparer les candidats aux épreuves. Les dates de ces séances sont communiquées sur Jobpol (le site de recrutement de la police), ainsi que toutes les informations (plus détaillées) sur chaque épreuve et sur le métier de policier.

La police organise et/ou participe aussi à des évènements : par exemple, le 21 juillet, il est possible de tester le parcours physique, de rencontrer des professionnels du métier… La police est également présente au Salon du SIEP tous les ans.

L’école de police

Si, à force de persévérance et de patience (et d’un peu de chance), tu as passé avec succès chaque test, tu seras accepté dans l’une des écoles de police francophone pour une formation de 12 mois (pendant laquelle tu seras rémunéré). Pendant cette formation, tu apprendras toutes les compétences nécessaires au travail de policier.

Si jamais les épreuves ne se sont pas bien passées et qu’il s’agit d’un projet auquel tu tiens véritablement, pas de panique ! Une deuxième chance (et même une troisième) te sera offerte –il faudra cependant attendre un an pour recommencer le processus de sélection depuis le début.

N’hésite pas à partager tes conseils et ton expérience des tests de sélection dans la section commentaire ci-dessous !

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *