Changer d’école : mode d’emploi

Les enfants et les adolescents passent la plus grande partie de leur semaine à l’école. Le temps passé dans un établissement scolaire est même plus conséquent que le temps passé en famille ! L’école, c’est un peu une sorte de deuxième maison, et cette deuxième maison, il faut s’y sentir bien. Il y a plusieurs raisons de changer d’école : on peut y être forcé (à cause d’un déménagement par exemple) ou cela peut être un choix. Trouver une pédagogie plus adaptée à ses difficultés, être plus épanoui … Beaucoup d’éléments sont à prendre en compte. Voici un petit mode d’emploi simplifié pour changer d’école dans les règles de l’art et comprendre les différentes démarches.

Quand peut-on changer d’école ?

L’école secondaire est organisée en 3 cycles :

  • Le 1er degré : la 1ère et la 2ème secondaire
  • Le 2ème degré: la 3ème et la 4ème secondaire
  • Le 3ème degré : la 5ème et la 6ème secondaire (+ 7ème en professionnel)

Pendant le 2ème et 3ème cycle, le changement d’école est autorisé.

Il est possible de changer d’école en secondaire, et cela toute l’année. Il y a cependant une exception : si l’élève désire changer d’école au cours du premier degré (c’est-à-dire au cours de la 1ère et 2ème année). Dans ce cas, ce n’est pas autorisé, sauf si l’élève décide de quitter son école avant le 30 septembre de sa 1ère année. Au-delà du 30 septembre, il faut demander une dérogation. Pour obtenir une dérogation, les parents doivent introduire une demande auprès de la direction de l’école. Pour que cette situation soit acceptée, il faut être dans l’une de ces situations :

  • Devoir déménager (par exemple à cause de la séparation parents) ;
  • Être contraint de changer d’école à cause d’une modification d’horaires ou de services (cantine, garderie, bus scolaire) ;
  • Faire l’objet d’une mesure de placement par le juge ou un magistrat ;
  • Si les parents désirent inscrire leur enfant dans une école avec un internat, ou au contraire si les parents veulent que leur enfant en internat revienne vivre à la maison ;
  • Si, suite à une maladie d’un parent, à un voyage, à une séparation, l’enfant est accueilli dans une autre famille que la sienne et que cela nécessite un changement d’école ;
  • Si un parent qui élève seul son enfant perd son emploi ou en accepte un autre qui nécessite que l’enfant change d’école (pour des raisons financières et/ou géographiques) ;
  • En cas d’exclusion de l’élève ;
  • Dans des cas de force majeure: quand la santé mentale de l’enfant est en péril, ou quand il rencontre de grosses difficultés scolaires. Par exemple, en cas d’harcèlement scolaire ou de phobie scolaire, l’enfant est autorisé à changer d’école pour trouver un établissement qui lui correspondra mieux.

Si la demande de dérogation n’est pas acceptée, l’enfant et ses parents doivent signaler le refus au Service de l’inspection de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’inspecteur prendra rendez-vous avec les parents pour discuter des problèmes que rencontre leur enfant et des raisons de leur demande de changement d’école. La demande sera à nouveau étudiée.

Quelle procédure pour changer d’école ?

parentsSi l’élève souhaite demander une dérogation ou désire changer d’école en cours d’année, il doit faire plusieurs démarches, avec l’aide de ses parents :

  • Introduire sa demande : les parents font la demande auprès du directeur de l’école. Ils donnent des raisons et des motifs qui justifient l’envie (ou le besoin) de changer d’école. Si le directeur pense que les motifs  sont justifiés, et/ou si les motifs correspondent aux situations citées ci-dessus, il donnera son autorisation.
  • Si l’élève veut changer d’école pour des motifs « de force majeure » : si le désir de changer d’école est motivé par des raisons graves (harcèlement scolaire, dépression, échec important, difficultés d’apprentissage particulières), les parents prennent également un rendez-vous avec le directeur.
  • Si le directeur trouve la demande justifiée, il transmettra son autorisation au Service de l’inspection de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
  • Si au contraire le directeur refuse de donner l’autorisation à l’élève de changer d’école, il devra également transmettre son refus au Service de l’inspection de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles en justifiant sa décision dans les 3 jours ouvrables. Les parents sont également invités à un rendez-vous à l’inspection pour discuter des raisons de leur demande. Dans les 10 jours ouvrables qui suivent la demande, le Service d’inspection communiquera son avis sur la question. L’avis de l’inspection et celui du directeur de l’école sont ensuite envoyés au ministre de l’enseignement qui prendra une décision finale dans un délai de 10 jours ouvrables.

Le formulaire pour faire une demande de changement d’école se trouve sur le site de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « Changement d’école »

Playmobil-School-Bus

En cas de refus d’inscription dans une nouvelle école

Il se peut que l’élève se retrouve dans une situation où son inscription est refusée dans la nouvelle école qu’il souhaite intégrer. Dans ce cas-là, l’école se doit de lui fournir une attestation d’inscription lui expliquant le refus de sa demande. Si l’école ne lui fournit pas cette attestation, il peut s’adresser aux commissions d’inscription qui l’aideront à trouver une nouvelle école. Ces commissions aident – entre autres – les élèves en cas d’exclusion. Pour avoir plus d’informations sur ce type de situation, consultez l’article du SIEP « Que faire en cas de refus d’inscription dans une école secondaire ? ».

Changer d’école pour cause de harcèlement

Le climat scolaire est un critère important pour favoriser l’épanouissement de chacun :  bonne ambiance, cohésion de groupe, sentiment d’appartenance, impression de jouer un rôle actif… Tous ces éléments sont indispensables pour permettre à chaque élève de se sentir bien et de réussir. Le bonheur à l’école est souvent synonyme de bonnes notes, après tout, on apprend mieux quand on est heureux ! Malheureusement, l’école n’est pas toujours un lieu bienveillant fait d’arc-en-ciel et de papillons. La violence et le harcèlement à l’école sont des faits avérés et fréquents. Ce harcèlement touche toutes les écoles et tous les milieux, et a des conséquences sur la vie des victimes. C’est un problème qui n’est pas nouveau mais qui est de plus en plus pris en compte. Les institutions elles-mêmes prennent conscience de l’ampleur de la situation, et font leur possible pour sensibiliser les jeunes et les professeurs.

Parfois, la seule solution est certes de changer d’école, de quitter un environnement toxique pour tout recommencer à zéro ailleurs, faire peau neuve. Mais dans certains cas, il est possible d’arranger les choses, grâce à des séances de médiations organisées dans certaines écoles ou à l’aide des centres PMS. Le site de la Fédération Wallonie-Bruxelles référence plusieurs outils, institutions et acteurs qui ont comme mission d’écouter et d’aider les jeunes en difficulté.Vous pouvez prendre connaissance de ces outils en cliquant ici.

Une chose à ne pas oublier : ce qui alimente le harcèlement, c’est avant tout la loi du silence. Il faut briser la glace. Les victimes ont tendance à ne pas oser parler, par honte ou par peur. Or, parler de son mal-être, parler des agressions, c’est un premier pas pour les combattre.

sauver

Survivre au changement d’école

Changer d’école, c’est  repartir à zéro, c’est se retrouver devant une page blanche qu’il va falloir remplir. Ce nouveau départ peut être un soulagement ou une angoisse. Rencontrer de nouvelles personnes, avoir de nouveaux professeurs, un nouvel environnement… Il est normal d’être angoissé et d’avoir peur de ne pas réussir à s’intégrer. Cette intégration peut parfois prendre du temps, il est normal de ne pas avoir une dizaine d’amis après quelques jours de cours. Pour faciliter l’intégration, il est conseillé de participer à des activités extrascolaires, de s’inscrire dans des clubs, de participer aux sports d’équipe… et surtout de ne pas se mettre la pression ! Tout vient à point qui sait attendre. La charge de devoirs ou les exigences de professeurs peuvent aussi différer d’une école à l’autre, l’important est de trouver son rythme, de personnaliser sa méthode de travail et de communiquer avec les enseignants.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *