Que faire quand on désire arrêter ses études supérieures ?

Tu veux arrêter tes études supérieures ?
Tu ne te sens pas à ta place dans la filière d’étude que tu as choisie ? Les cours ne te plaisent pas ? Tu es dépassé par la quantité et la difficulté de certaines matières ? Tu as échoué à la première session d’examens ? Tu n’es plus certain d’avoir choisi la bonne orientation ? Tu es découragé et tu souhaites arrêter tes études ?

arrêter études supérieures

Voici quelques repères importants :

  • FAIRE LE POINT AVANT DE DÉCIDER

Des professionnels sont présents au sein des Universités, des Hautes Ecoles, d’asbl comme le SIEP ou en privé pour te recevoir, t’aider à faire le point et t’accompagner dans ta réflexion avant de décider si oui ou non tu vas arrêter tes études en cours d’année. Ils pourront aussi t’aider dans l’élaboration de ton nouveau projet.

Quelques adresses :

  1. Entretien d’information et d’orientation au SIEP, Bruxelles, Namur, Libramont, Liège, Mons, Charleroi, Wavre, Mouscron
  2. ULB, Bruxelles Psy campus et Infor-Etudes – Cellule d’orientation de l’ULB
  3. UCL, Louvain-la-Neuve et Bruxelles Centre d’Information et d’Orientation (CIO) et
  4. ULg, Liège Service d’Orientation Universitaire
  5. Umons, Mons Centre d’Information, de Conseil et d’Orientation
  6. FUNDP, Namur Service Info Etudes
  7. HE Francisco Ferrer, Bruxelles Service d’Aide à la Réussite
  8. HEPH-Condorcet, Mouscron, Tournai, Ath, Saint-Ghislain, Mons, Morlanwelz, Charleroi Service d’orientation et Service de Promotion de la Réussite
  9. HE Charlemagne, Liège, Huy, Verviers Service d’Aide à la réussite

  • RÉCUPÉRER LES FRAIS D’INSCRIPTION (MINERVAL)

Si tu arrêtes tes études au plus tard le 30 novembre et que tu signes une attestation de désinscription au secrétariat de ton Université ou de ta Haute Ecole, ton année d’étude ne sera pas comptabilisée comme une année d’échec dans l’enseignement supérieur.
Pour récupérer les frais d’inscription, si tu étais inscrit en Haute Ecole, la date limite est également le 30 novembre. Si tu étais inscrit à l’Université, la date peut être antérieure. A l’ULB, par exemple, le règlement général des études prévoit que l’abandon doit être enregistré avant le 31 octobre pour ouvrir le droit au remboursement.
Informations générales au sujet des frais d’inscriptions dans l’enseignement supérieur

  • REMBOURSER L’ALLOCATION D’ÉTUDES (BOURSE)

Un étudiant doit rembourser son allocation d’études s’il ne suit pas les cours de manière régulière, s’il abandonne le cursus en cours d’année ou s’il ne présente pas tous les examens d’une session complète. Attention, l’absence injustifiée à un seul examen suffit pour qu’on te réclame le remboursement de 40% du montant de ton allocation d’études.
La part de l’allocation à rembourser dépend de la période à laquelle tu abandonnes tes études :
– avant le 1er janvier : 80 % du montant de l’allocation accordée
– entre le 1er janvier et le 1er mars : 60 % du montant de l’allocation accordée
– après le 1er mars et avant le 1er mai : 50 % du montant de l’allocation accordée

Pour consulter l’arrêté de l’Exécutif de la Communauté française fixant les modalités de remboursement des allocations d’études : http://www.gallilex.cfwb.be + Informations générales au sujet des allocations d’études

  • RECEVOIR OU NON LES ALLOCATIONS FAMILIALES

La règle de base pour bénéficier des allocations familiales est d’être inscrit pour au moins 27 crédits par an en enseignement supérieur de plein exercice ou si les études ne sont pas encore formulées en crédits pour minimum 13h de cours par semaine. Si l’étudiant est inscrit avant le 30 novembre, il bénéficie des allocations familiales pour l’ensemble de l’année académique. S’il s’inscrit après le 30 novembre, il a droit aux allocations à partir du mois qui suit celui de son inscription.
Pour bénéficier des allocations familiales, un jeune ne doit pas dépasser un certain plafond de revenu et/ou d’heures de travail.
En cas d’abandon des études, tu n’as plus droit aux allocations d’études à partir du mois qui suit celui de ta désinscription. Sauf si :
– tu te réinscris dans une autre section et que tu continues de comptabiliser au moins 27 crédits pour l’ensemble de l’année académique
– tu t’inscris comme demandeur d’emploi. Tu as droit aux allocations pendant maximum 12 mois.
– tu es inscrit en CEFA, en Contrat d’apprentissage ou en formation de Chef d’entreprise des Classes Moyenne. Tu as droit aux allocations familiales à condition de ne pas gagner plus de 509,87€ brut par mois.
Signale tout changement à ta caisse d’allocations familiales. Des vérifications ont lieu au début de chaque année scolaire et les allocations perçues indûment doivent être remboursées.
Informations détaillées

  • QUE FAIRE D’ICI LA PROCHAINE RENTRÉE ?

Tu as décidé d’arrêter tes études en cours d’année. Tu ne vas plus en cours, que faire d’ici la prochaine rentrée académique ?
Il y a plusieurs pistes possibles :
– Reprendre des cours : langues , cours préparatoires , formation-relais, formation-rebond ,…
Travailler en tant que salarié ou indépendant
Faire du volontariat
Voyager

  • S’INSCRIRE COMME DEMANDEUR D’EMPLOI ET RÉALISER SON STAGE D’ATTENTE

Lorsque tu arrêtes tes études, tu peux t’inscrire comme demandeur d’emploi chez Actiris si tu habites à Bruxelles ou au Forem si tu habites en Wallonie. Cela te permet de conserver ton droit aux allocations familiales et d’entamer ton stage d’attente.
La durée du stage d’attente varie en fonction de l’âge. Le stage est de 9 mois entre 18 et 25 ans et de 12 mois entre 26 et 30 ans. Tu peux réduire ce stage d’attente d’un jour par jour où tu as travaillé comme étudiant pendant tes études (hors juillet, août, septembre). Tu peux ainsi écourter ton stage d’attente avec un maximum fixé à 78 jours.
Dès que le stage d’attente prend fin, tu peux demander des allocations d’attente (allocations de chômage sur base des études). Si tu reprends des études avant la fin du stage et le versement d’au moins un jour d’allocation, tu devras recommencer l’entièreté du stage à la fin de tes études.
S’inscrire comme demandeur d’emploi signifie que tu te rends disponible pour le marché de l’emploi et que tu es prêt à accepter tout emploi convenable qui te serait proposé. Tu dois également répondre aux convocations d’Actiris ou du Forem.
Inscription en ligne chez Actiris et au Forem

  • S’INSCRIRE COMME TITULAIRE À LA MUTUELLE

La mutuelle est l’organisme qui permet de se faire rembourser totalement ou en partie de ses frais médicaux mais aussi de bénéficier d’une indemnité en cas d’incapacité de travail ou d’invalidité. En Belgique, l’inscription auprès d’une mutuelle est obligatoire.
Les enfants bénéficient de la mutuelle de leurs parents. A partir de quand dois-tu être inscrit à la mutuelle en tant que titulaire ?
– Dès que tu trouves du travail
– Dès que ton stage d’attente se termine et que tu as droit aux allocations d’attente
– Dès que tu débutes une activité d’indépendant à titre principal
– Dès que tu as 25 ans même si tu es encore étudiant
– Dès le 1er janvier de l’année de tes 19 ans si tu es apprenti
– Si tu es étudiant et que tu travailles sous contrat salarié ou comme indépendant à titre complémentaire, dès que tes revenus dépassent le plafond autorisé.
Informations sur les mutualités

  • LA LIMITATION DES POSSIBILITÉS DE RÉINSCRIPTION

Une Haute Ecole ou une Université peut refuser l’inscription d’un étudiant s’il n’est pas pris en compte pour le financement.
Principes de base :
– On peut trisser à condition de se réorienter en changeant de section.
– On ne peut pas quadrupler une même année.

Eléments à examiner pour savoir si l’étudiant est pris en compte pour le financement :
– Le nombre d’inscriptions dans une même année.
– Vérifier si l’inscription concerne une même section ou une section différente.
– Vérifier (dans certains cas) si l’inscription concerne le même système d’enseignement, c’est-à-dire soit les universités, soit les Hautes Ecoles.
– Vérifier combien d’années se sont écoulées entre le dernier échec et la nouvelle inscription (après 5 ans, le «compteur est remis à zéro»).
– Vérifier si l’étudiant a déjà obtenu deux grades académiques dans les 5 ans qui précèdent la demande.

Ce qui est aussi comptabilisé :
– Les inscriptions dans les années d’études organisées dans un système d’enseignement supérieur en Belgique (autre que la Communauté française) ou à l’étranger.
– Une année d’études échouée devant le jury de la Communauté française.

Ce qui n’est pas comptabilisé :
– Une année réussie.
– Lorsque l’étudiant se désinscrit avant le 1er décembre de l’année académique concernée (Hautes Ecoles), l’année entamée n’est pas comptabilisée pour le calcul du nombre d’inscriptions.

Les autorités de la Haute Ecole peuvent refuser l’inscription, elles peuvent aussi l’accepter.
Informations générales de la Communauté française au sujet des inscriptions dans l’enseignement supérieur, textes de Lois relatifs aux inscriptions dans l’enseignement supérieur,
circulaire FWB 4090 de rentrée académique 2012-2013 des Ecoles Supérieures des Arts


Interview informateur-conseil siep

  • ENTRETIEN GRATUIT ET SANS RENDEZ-VOUS AU SIEP

Tu désires discuter de ton projet d’études ou de ton projet professionnel avec un(e) expert(e) dans le domaine ? N’hésite pas à venir au SIEP pour un entretien d’information ou d’orientation


Commentaires

commentaires

2 réponses “Que faire quand on désire arrêter ses études supérieures ?

  1. Audrey

    Bonjour,

    Je viens de valider ma première année de droit, en principe à la rentrée je dois poursuivre en deuxième année.

    Cependant depuis la fin du second semestre je me pose de nombreuses questions, à la base je faisais des études de droit pour travailler dans la police (brigade anti-criminalité).

    Mais quand je me projette dans l’avenir, j’ai pleins de rêves, de projets en tête notamment dans l’immobilier, le développement personnel, le sport, le théâtre…

    Et je me rends compte que je rêve d’une vie (tous mes projets) mais j’en vie une autre (la fac), au final je me demande à quoi ça me sert d’aller à la fac si ça ne me sert pas à obtenir ce que je veux de la vie, ni à atteindre mes objectifs, en réalité ça n’a plus de sens.

    Cette année j’ai énormément travaillé, j’avais beaucoup de pression face au faible taux de réussite, je n’ai fait aucune sortie, j’ai limité l’activité physique, en gros j’ai absolument tout sacrifié pour valider mon année. A la fin de l’année j’en pouvais vraiment plus… Je ne me sens pas prête à revivre le même « calvaire » en deuxième, troisième année…

    J’aimerai prendre du temps pour développer mes projets, mes rêves, prendre le temps de savoir réellement ce que je veux, faire le point sur ma vie. D’un côté je me dis que je n’ai rien à perdre puisque pour travailler dans la police je n’ai pas nécessairement besoin de ma licence de droit et en plus je pourrai toujours reprendre les études plus tard si jamais mes projets n’aboutissent pas.

    Il faut juste que je trouve le courage de prendre la décision, de plus mes parents me payent une partie de mon appartement, la nourriture et pour eux il n’est pas question que j’arrête les études, je ne peux même pas aborder le sujet avec eux, je ne sais pas comment je dois m’y prendre.

    J’aimerai bien avoir des conseils constructifs, de personnes extérieures car je ne sais vraiment pas vers qui me tourner, et cette situation me rend mal.

    Merci d’avance pour votre aide,

    Audrey

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *